Avoir du toupet (comme Donald Trump)

Publié le

Donald Trump est un modèle de détermination. Je le déteste.

Fils de coiffeur, je suis passé à un cheveu de devenir médecin. Détestant apprendre par cœur, mes techniques d’étude au collégial n’étaient pas au poil, alors j’ai jeté la serviette pour mieux explorer la vie, et voilà où j’en suis: professeur au collégial, auteur, touche-à-tout avec une soif insatiable d’apprendre.

Donald Trump brigue la présidence des États-Unis. Je ne comprends pas comment il peut avoir du succès. C’est un jugement purement personnel qui ne porte pas atteinte à son électorat. Il paraît pourtant qu’on vote pour ceux qui nous ressemblent…

J’écris et j’enseigne. Je parcours le monde sans chercher de reconnaissance, mais pour y faire des découvertes et les partager avec d’autres. Pour trouver un point commun, une passion partagés. Une cause.

Donald Trump pourrait diriger l’un des pays les plus importants du monde. J’ai peur.

J’ai de plus modestes aspirations. J’aimerais pouvoir embrasser toute la beauté du monde et immortaliser tout ça en mots et en images. Avant que tout ça disparaisse. Pas si modeste que ça, presque fleur bleue, idéaliste…

Des paroles de la chanson J’échoue d’Alexandre Désilets me viennent en tête:

Comment pourrais-je me permettre un monde que je ne vois qu’au passage

Je crois que la force de Trump réside dans son toupet, tel le Samson de la bible. Je me dis qu’on pourrait lui couper et voir ce que ça donnera.

40C’est bien sûr impossible, le très sympathique Donald a probablement une armée de gardes du corps pour le protéger du clipper… je vais plutôt tenter l’expérience sur moi.

Comme un cheveu sur la soupe, je vous annonce que je relève le défi Têtes rasées… et que je donnerai ma crinière à la science en échange de vos dons…

Allez-y, donnez! On verra bien si le rasoir est une arme de destitution massive!

C’est pour une bonne cause, naturellement!

 

Prendre le temps de créer

Publié le

À la lumière de mes lectures sur l’esprit entrepreneurial et l’innovation, et suite à la lecture de cet article paru sur le site de C2 Montréal – un lieu de rencontres annuel pour les cogiteurs de ce monde – j’ai été heureux de constater une convergence dans l’approche créative et l’idéation: l’important, c’est la pause. Dans Les idées ne font qu’une bouchée du statu quo, on retrouve 5 trucs pour générer des idées… et les mener à terme.

L’auteur JF en compagnie de Genifère Legrand (à gauche) et de Caroline Lavergne (à droite), en train de déguster des pancakes arrosés de sirop d’érable du Québec au Beauty’s Luncheonette, une institution montréalaise servant le petit déjeuner aux grands appétits. Source: www.c2montreal.com

L’article me plait, d’autant plus qu’il est rédigé par JF Bouchard, président de Sidlee, compagnie créative pour laquelle j’ai travaillé il y a quelques années. Ma courte expérience de travail au sein de cette entreprise a été la plus motivante et la plus engageante que j’ai pu vivre jusqu’à maintenant. J’ai simplement le goût de vous dire de lire l’article au complet, et que je n’ai rien à ajouter! N’hésitez pas à partager vos commentaires!