Boules d'énergie aux dattes et sans gluten

Boules d’énergie – recette sans gluten

Inspiré du livre Nutrition sportive – 21 jours de menus – un excellent livre pour les sportifs d’ailleurs! – que j’avais utilisé pour ma préparation au Défis du Parc en septembre dernier, j’ai revisité la recette des boules d’énergie originale pour l’adapter à un régime sans gluten. Elles n’en demeurent pas moins délicieuses et elles font le plaisir de toute la famille comme collation santé!

Ingrédients:

  • 380g (2 tasses) de dattes séchées dénoyautées
  • 250ml (1 tasse) d’eau
  • 25g (1/4 de tasse) de cacao en poudre
  • 200g (3/4 de tasse) de beurre d’arachide
  • 1/2 tasse de noix de coco râpée non sucrée
  • 1 tasse de farine d’arrowroot ou de farine de tapioca
  • Noix de coco râpée sans sucre supplémentaire pour l’enrobage

Préparation:

Dans une petite casserole à feu moyen-vif, cuire les dattes dans l’eau jusqu’à ce qu’elles soient en purée (environ 8 minutes).

Ajouter le cacao et mélanger à l’aide d’une cuillère en bois. Ajouter le beurre d’arachide et mélanger. Ajouter la noix de coco et la farine. puis mélanger de nouveau.

Avec les mains, façonner des boules d’à peu près 3 cm de diamètre, puis rouler dans la noix de coco râpée. Déposer dans un contenant hermétique et réfrigérer. Déguster!

C’est à peu près comme sur la photo… il ne manque que la noix de coco râpée!

Anne-Marie Withenshaw a choisi Goodfood, pourquoi pas moi? ;-)

Faire de la bonne bouffe avec le Marché Goodfood

Comme vous le savez peut-être, j’étais inscrit à une session à temps plein à l’université Laval l’automne dernier. J’avais entre autres un cours sur le marketing numérique qui était pas mal intéressant. Pour l’examen final , nous faisions face à des études de cas, et l’une d’entre elles m’a interpellé. Il s’agissait du Marché Goodfood.

Selon ce que j’avais pu en lire durant l’examen, il s’agissait d’un service de repas à préparer livré à domicile. À un jour X, tu reçois ta boîte par la poste avec tous les ingrédients pré-mesurés. Il ne te reste plus qu’à préparer avec la recette incluse. Pas de gaspillage, pas de visite à l’épicerie, donc moins de pertes de temps. Le temps précieux que tu peux consacrer à préparer ta bouffe, à faire les devoirs avec les enfants, ou bien juste à chiller avec un p’tit verre de vino. Je trouvais l’idée géniale, et je me demandais même si c’était un vrai cas ou une invention de ma professeure, tellement je trouvais que c’était cool.

Tout ça m’est complètement sorti de la tête durant le temps des fêtes. J’étais plus intéressé par mes résultats d’examens et aux bons soupers familiaux préparés par la famille qu’à Goodfood… Jusqu’au jour où Facebook a eu la gentillesse de me proposer une annonce.

Finalement, Goodfood existe vraiment. Anne-Marie Wihtenshaw les a choisis, c’est pas peu dire. Et ils livrent à Québec en plus!

Ceux qui me connaissent savent que j’aime cuisiner et essayer des choses qui ne sont pas encore trop répandues. Je suis plutôt du genre early adopter, autant pour les technologies que pour les expériences innovantes. Celle-ci, avec sa bouffe pré-mesurée dans sa boîte livrée chez moi, je la trouve sexy. C’est québécois, c’est fait avec des produits frais et locaux la plupart du temps, et ça me permettra d’essayer des nouvelles recettes. Ça n’en prenait pas plus pour me décider à m’inscrire et à essayer le processus de commande.

Une fois sur le site, l’inscription est simple. On choisit le nombre de repas, le nombre de personnes attendues, notre tolérance aux produits épicés et à l’exotisme, notre endurance culinaire (tu veux passer 5 minutes dans ta cuisine, ou 30 minutes?), notre type de bouffe, puis on a un prix pour le tout. On choisit les recettes, on planifie la journée de livraison, on paie et hop! on attend la commande.

Pour cette fois, j’ai choisi le menu végétarien. Les photos donnent l’eau à la bouche!

Ma première commande est passée, et je ferai un suivi avec un article la semaine prochaine pour partager mon expérience culinaire, c’est promis!

En attendant, si comme moi vous voulez tester la nouveauté, consacrer votre temps à autre chose que l’épicerie et moins gaspiller tout en préparant votre propre bouffe, Goodfood vous offre 40$ de rabais sur votre première commande pour un temps limité. Ce serait intéressant de partager nos expériences! J’essaierai aussi de m’entretenir avec l’un des fondateurs dans le cadre de l’émission Entreprendre Québec diffusée sur les ondes de CHYZ… Histoire à suivre!

 

 

 

Tenez vos finances à jour avec un budget et une analyse de votre capacité budgétaire

2 outils pour améliorer sa santé financière

C’est le début de l’année 2017, et certains auront encore une fois le réflexe des résolutions. Comme vous pourrez le lire dans cet article de Nicolas Cole, 15 powerful truths about life and business everyone should hear before 2017 begins, les résolutions présentent un défi de taille. Si jamais vous aviez fait la résolution d’être plus économe ou de mieux gérer votre argent, voici deux outils qui pourront vous aider à atteindre vos objectifs.

 Outils de planification budgétaire

Votre capacité budgétaire vous donne l’heure juste sur votre capacité à utiliser le crédit. Le budget vous permettra de vous donner une idée juste de vos dépenses et de vos revenus. Plusieurs options gratuites sont disponibles sur le web. Si vous avez l’habitude des sites bancaires en ligne, quelques institutions financières vous permettent de le réaliser à partir des achats que vous réalisez avec leurs cartes. Si tous vos revenus et vos dépenses sont concentrés chez une seule institution financière, cela simplifiera beaucoup le travail, car vous n’aurez pas de saisie à faire. Vous devrez simplement identifier dans quel poste budgétaire iront vos dépenses. En guise d’exemple, Desjardins offre son outil de gestion budgétaire, qui est accessible via AccèsD. Si vous préférez une plus grande autonomie dans votre gestion budgétaire,  la feuille Excel reste un excellent choix. Celle proposée par Option Consommateurs offre tout le nécessaire pour y arriver. Si vous voulez vous tourner vers une solution en ligne, la calculatrice budgétaire de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada vous permet de voir plus clair dans vos dépenses en fonction de postes budgétaires. Finalement, si vous préférez un outil dédié plus puissant à installer sur votre ordinateur, vous pouvez envisager GNUCash, Naturellement, la puissance vient avec la complexité d’un vrai système comptable. Si vous optez pour GNUCash, l’aide en ligne pourra vous être d’un grand secours afin de mieux comprendre les rudiments de la comptabilité. GNUCash peut même être utilisé pour gérer la comptabilité d’une entreprise!

Capacité budgétaire

Vous avez établi un budget, et vous avez des idées d’achat qui pourraient gagner en valeur à long terme? Ratehub, une entreprise canadienne dans le domaine financier, a comme mission de vous aider à faire les meilleurs choix en ce qui a trait à votre prêt hypothécaire et à vos cartes de crédit. Si vous vous demandez quelles cartes de crédit ou quels prêts hypothécaires sont les plus avantageux, utilisez leurs outils. Cela vous permettra de choisir le meilleur produit financier en fonction de votre profil et de vos besoins. Si vous créez un compte sur leur site, vous pourrez obtenir gratuitement votre cote de crédit. Quand on sait que plusieurs ménages ont de la difficulté à joindre les deux bouts, c’est toujours enrichissant de faire le point gratuitement plutôt que de payer pour des services comme Equifax ou TransUnion… ces deux entreprises sont extrêmement gourmandes dans leur stratégie de services aux consommateurs, comme le souligne Daniel Germain dans son article Ne payez plus jamais pour votre score de crédit. Si vous préférez procéder à vos calculs de façon unanime, vous pourrez avoir une idée de votre capacité budgétaire en calculant manuellement votre ratio de dettes.

Peu importe l’outil de budget que vous choisirez, vous pourrez identifier quelques aberrations et corriger le tir, et réfléchir à diverses solutions plus économiques pour chaque poste budgétaire. En faisant l’exercice, vous arriverez peut-être à économiser assez pour vous payer un voyage, une moto, des placements ou des REER?

Avoir du toupet (comme Donald Trump)

Donald Trump est un modèle de détermination. Je le déteste.

Fils de coiffeur, je suis passé à un cheveu de devenir médecin. Détestant apprendre par cœur, mes techniques d’étude au collégial n’étaient pas au poil, alors j’ai jeté la serviette pour mieux explorer la vie, et voilà où j’en suis: professeur au collégial, auteur, touche-à-tout avec une soif insatiable d’apprendre.

Donald Trump brigue la présidence des États-Unis. Je ne comprends pas comment il peut avoir du succès. C’est un jugement purement personnel qui ne porte pas atteinte à son électorat. Il paraît pourtant qu’on vote pour ceux qui nous ressemblent…

J’écris et j’enseigne. Je parcours le monde sans chercher de reconnaissance, mais pour y faire des découvertes et les partager avec d’autres. Pour trouver un point commun, une passion partagés. Une cause.

Donald Trump pourrait diriger l’un des pays les plus importants du monde. J’ai peur.

J’ai de plus modestes aspirations. J’aimerais pouvoir embrasser toute la beauté du monde et immortaliser tout ça en mots et en images. Avant que tout ça disparaisse. Pas si modeste que ça, presque fleur bleue, idéaliste…

Des paroles de la chanson J’échoue d’Alexandre Désilets me viennent en tête:

Comment pourrais-je me permettre un monde que je ne vois qu’au passage

Je crois que la force de Trump réside dans son toupet, tel le Samson de la bible. Je me dis qu’on pourrait lui couper et voir ce que ça donnera.

40C’est bien sûr impossible, le très sympathique Donald a probablement une armée de gardes du corps pour le protéger du clipper… je vais plutôt tenter l’expérience sur moi.

Comme un cheveu sur la soupe, je vous annonce que je relève le défi Têtes rasées… et que je donnerai ma crinière à la science en échange de vos dons…

Allez-y, donnez! On verra bien si le rasoir est une arme de destitution massive!

C’est pour une bonne cause, naturellement!

 

Prendre le temps de créer

À la lumière de mes lectures sur l’esprit entrepreneurial et l’innovation, et suite à la lecture de cet article paru sur le site de C2 Montréal – un lieu de rencontres annuel pour les cogiteurs de ce monde – j’ai été heureux de constater une convergence dans l’approche créative et l’idéation: l’important, c’est la pause. Dans Les idées ne font qu’une bouchée du statu quo, on retrouve 5 trucs pour générer des idées… et les mener à terme.

L’auteur JF en compagnie de Genifère Legrand (à gauche) et de Caroline Lavergne (à droite), en train de déguster des pancakes arrosés de sirop d’érable du Québec au Beauty’s Luncheonette, une institution montréalaise servant le petit déjeuner aux grands appétits. Source: www.c2montreal.com

L’article me plait, d’autant plus qu’il est rédigé par JF Bouchard, président de Sidlee, compagnie créative pour laquelle j’ai travaillé il y a quelques années. Ma courte expérience de travail au sein de cette entreprise a été la plus motivante et la plus engageante que j’ai pu vivre jusqu’à maintenant. J’ai simplement le goût de vous dire de lire l’article au complet, et que je n’ai rien à ajouter! N’hésitez pas à partager vos commentaires!

Qu’est-ce que le multipotentialisme?

Je suis le genre de personne pour qui la curiosité ne s’arrête jamais. Je suis avide d’apprendre de nouvelles choses, et mon intérêt ne cesse d’évoluer au fil de mes expériences de vie. Pendant un moment, je me suis questionné profondément sur mes motivations et mes passions, voyant mes amis déjà casés dans un emploi stable, sans possibilité de voir pour eux une autre voie. Pour moi, cette stabilité me semblait impossible. J’avais trop de choses à explorer, à essayer.

Avec le recul, je me suis aperçu que mon job de professeur de cégep est le premier emploi que je conserve aussi longtemps! C’est probablement à cause des infinies possibilités de projets au sein de cette institution que je persévère en enseignement. J’adore le contact avec les étudiants, j’aime les accompagner dans leur apprentissage, et leur montrer une autre façon de percevoir le monde. Parallèlement à l’enseignement, mon esprit bouillonnant m’amène à créer, inventer, imaginer… sans arrêt!

Plusieurs personnes de mon entourage n’arrivent pas à me suivre, comme si j’avais trouvé un moyen de compresser le temps pour en faire plus dans les limites temporelles qui nous sont imposées. OK, je ne suis pas Denis Coderre, mais j’ai le nez fourré partout.

On serait tenté de penser que je vis avec un TDAH, mais j’ai trouvé une explication plus sympathique… Je souffre de multipotentialisme!

Prenez le temps de regarder cette conférence TED d’Emilie Wapnick. Dans mon cas, ça a été très réconfortant!

Je suis heureux d’être comme je suis, avec mes limites, mais surtout avec tout mon potentiel! =)

Projet en cours

NBTattooQCCe qui prend le plus de mon temps actuellement (en dehors de mon emploi à temps plein) est sans contredit le processus d’édition du magazine Tattoo Québec. Nous visons une seconde édition plus étoffée et beaucoup plus attrayante que la première édition qui est parue en octobre dernier. Au fil des discussions avec des entrepreneurs du domaine de l’édition et d’autres entrepreneurs à succès, notre modèle d’affaire se précise, et promet de belles surprises pour les amateurs d’art en général et du tatouage en particulier!  Pour notre deuxième édition, le thème est « Osé! » Ça promet d’être sexy! Préparez-vous à un lancement tout aussi éclaté fin avril. à suivre sur la page Facebook  de Tattoo Québec!

Collaborations

Au fil des dernières années, j’ai collaboré à différents médias technologiques et culturels. Bien que leur contenu soit peut-être déjà moins actuel, vous pourrez tout de même avoir une meilleure idée de mes intérêts pour la culture et les technologies. En effet, j’écris encore pour le webzine Info-Culture.biz, et j’ai aussi collaboré dans le passé à la défunte revue Secus, qui se spécialisait sur la sécurité de l’information.

J’ai aussi eu la chance de collaborer au Journées de la culture en 2013 et 2014